image

La Rhinopneumonie

I. Qu’est-ce que la RHINOPNEUMONIE ?



C’est une maladie qui ressemble par ses manifestations extérieures à la grippe.
Les agents pathogènes de la maladie sont :
• L’herpès virus équin de type 1 : HVE-1
• L’herpès virus équin de type 4 : HVE-4

D’autres herpès virus peuvent infecter les chevaux et les ânes et causer des signes cliniques variés.

Les chevaux peuvent être porteurs sains, ils peuvent la transmettre sans être eux-mêmes malades.

Elle se manifeste sous 3 formes cliniques :
• La forme respiratoire
• La forme nerveuse
• La forme abortive

Celle qui nous concerne actuellement est la forme nerveuse
Elle est la plus rare des formes elle est due à l’herpès virus HVE-1

C’est une inflammation du cerveau et de la moelle épinière.
Elle provoque de la fièvre et des troubles nerveux plus ou moins graves :
• Des troubles légers de la locomotion
• Parésie (paralysie légère ou partielle), paralysie
• Incontinence urinaire
• Ataxie (défaut de coordination des membres)

La période d’incubation dure entre 2 et 10 jours. Mais ce virus existe sous forme latente chez 70% des chevaux. Il peut rester inactif pendant de nombreuses années et se réveiller en cas de stress ou d’autres maladies.

La venue des signes nerveux peut être soudaine, sans signes antécédents de forme respiratoire, elle se produit en général dans la seconde semaine de l’infection.

Le cheval peut s’en remettre totalement ou conserver des séquelles plus ou moins importantes. Les formes neurologiques gravent peuvent entraîner l’euthanasie du cheval.

II. Comment se transmet l’herpès virus 1 et 4 ?



• Par un autre cheval par, les secrétions respiratoire
• Les humains peuvent le transmettre en passant d’une écurie à une autre sans désinfection.

Elle fait partie des maladies les plus contagieuses chez les chevaux.

III. Précautions à prendre



Il est important de changer de vêtements, si l’on se déplace entre écuries.

Penser à désinfecter ou à changer de chaussures entre chaque changement d’écuries !


Il est conseillé d’éviter les déplacements de chevaux entre écuries.
En cas d’obligation, après chaque transfert de cheval entre écuries, il est impératif de prévoir une période de quarantaine.
Il faut se laver les mains après chaque manipulation de cheval, utiliser du gel hydroalcoolique et bien sûr ne pas faire d’échanges de matériel entre les chevaux.

IV. Comment savoir si son cheval est infecté ?



Seul un test PCR peut le dire.

V. Les traitements



Il n’existe aucun traitement curatif efficace. Cela signifie qu’il est impossible de traiter la cause mais uniquement les symptômes apparents
Un traitement est préconisé surtout contre la fièvre, la toux.
Des mesures de soutiens peuvent être mis en place, comme la pose d’un harnais pour éviter les chutes, ou pour l’aider à se relever.

Il existe un vaccin contre l’herpès virus équin de type 1 (HVE-1) et de type IV (HVE-4) mais il n’est pleinement efficace que si tous les chevaux géographiquement proche sont vaccinés.

VI. En cas de suspicion de la maladie :



• Evitez au maximum les déplacements des chevaux dans et hors de l’écurie.
• Isolez-le ou les chevaux suspects
• Suivre la température de ces chevaux pendant 1 semaine, période d’incubation
• Appellez le vétérinaire pour qu’il vienne inspecter les chevaux suspects, ceux qui ont du jetage et/ou de la température.

VII. Si des cas sont confirmés



Se rajoute

• Ne pas déplacer les chevaux dans les écuries et en dehors, les maintenir à l’isolement
• Mettre des pédiluves aux entrées des lieux où sont logés les chevaux infectés
• Désinfecté le matériel ou utilisé du matériel à usage unique. Les désinfectants virucides usuels sont efficaces.
• Désinfecter et faire un vide sanitaire des locaux avant chaque nouvelle entrée de cheval dans un local infecté
• Si possible affecter une personne aux soins des chevaux malades, une autre aux chevaux sains.
• Désinfecter les camions et vans avant et après chaque utilisation.
• Débuter les soins par les chevaux sains puis les chevaux suspects et finir par les chevaux atteints.
• Utiliser du matériel différent pour chaque lot de chevaux.
• Réaliser des prélèvements réguliers pour suivre l’évolution.

Ces mesures de préventions doivent être appliqué au minimum 21 jours après la disparition du dernier symptôme.

Pour les transports : • Désinfecter le véhicule avant et après son utilisation.
• Ne pas transporter de chevaux suspects ou ayant été en contact avec des chevaux malades.
• Éviter de déplacer des chevaux d’écuries différentes et de statut vaccinal différent.
• Se désinfecter régulièrement les mains surtout après la manipulation des chevaux.

Si vous êtes perdu face à cette maladie, ou si simplement vous vous posez des questions, alors n’hésitez pas à me contacter

06 75 51 21 07
melanie.robert@equisait.fr


  Mme Mélanie ROBERT
  " Equi-Sait ? "
  11 rue Notre Dame de Pitie
  84 600 Valréas

06 75 51 21 07

Vous êtes notre  316 970 ème  visiteur


Mentions légales